Les activités de la mafia

Le financement de la mafia

 

 


La mafia étant traditionnellement spécialisée dans le commerce des armes, de la drogue et de la prostitution, elle a maintenant prit place dans l'extraction de pétrole, de minerais précieux, les transports, le secteur financier et immobilier. Quand les nombreuses sociétés étrangères, une fois parties, ont laissé libre les marchés qu'elles exploitaient, des mafieux ont reconquis, avec leurs sociétés fictives basées dans des paradis fiscaux, ces mêmes parts de marché. Les exportations frauduleuses annuelles de pétrole réprésenteraient pour les groupes mafieux qui les contrôlent un chiffre d'affaire de 15 milliards de dollars.

Les principales activités de la mafia sont :

  • Les prêts à taux usurier 
  • Le Pizzo
  • Les paris clandestins
  • L'escroquerie financière
  • Le blanchiment d'argent
  • La prostitution
  • Les assassinats
  • Le racket
  • Les cambriolages (oeuvres d'art)
  • La contrebande d'alcool (notamment durant la Prohibition)
  • Les braquages
  • Le trafic de drogue

Pour arriver a ses fins, la Mafia passe d’abord par une phase d’intimidation, de corruption et de chantage, avant d’employer la force pour exiger de ceux qui leur résistent. Elle attire donc moins l’attention du public sur elle et ses activités. Mais il arrive que pour se débarrasser d’adversaires, de traîtres ou de témoins compromettants, les mafieux utilisent des procédés brutaux comme les guerres de gangs pour la prise de contrôle d’un territoire ou d’un marché. Les assassinats de juges, témoins, complices avant un procès en sont quelques bons exemples (lorsqu'un mafieux est chargé de tuer quelqu'un, il doit veiller à ce que la cible soit bien réduite à l'état de cadavre en tirant jusqu'à cinq balles ou plus si nécessaire).

 

La mafia n’est pas touchée par la crise.

Celle-ci utilise différents moyens pour se financer. Ses principales ressources sont le trafic de drogues (59 milliards d’euros), le racket (9 milliards d’euros) et l’usure (12.6 milliards d’euros) mais elles ne sont pas les seules, la mafia a d’autres ressources comme le trafic d’armes (5.8 milliards d’euros), la contrebande (1.2 milliards d’euros) et la prostitution (6 millions d’euros).

  • Le trafic de drogues illicites

Le trafic de drogues illicites est dû à trois phénomènes et points fondamentaux :

  1. Une forte augmentation des consommateurs, malgré une politique très restrictive en la matière. La consommation de cannabis, cocaïne, alcool ou tabac est en nette progression.

  2. Une expansion des zones de culture, les drogues rapportant plus que le café.

  3. L’interdiction de la consommation et de la culture

Le produit généré par le trafic de Haschisch d’origine Marocaine est de quatorze milliards de Dirhams soit dix milliards d’euros, nous pourrions citer pour exemple, le cannabis en provenance du Maroc qui rapporte douze milliards de dollars à la mafia. Les trafiquants ont de gros moyens, ils n'auraient pu continuer à mener leur trafic sans protection policière, surtout quand on voit qu'ils réussissent facilement à blanchir leur argent à travers la création d'entreprises locales. Il s’agit d’une structure de contact en mesure de transporter n’importe quel produit vers n’importe quelle destination (Maroc, Afghanistan, Ethiopie, Rwanda, Burundi…). La consommation de drogue étant interdite en Europe comme aux Etats-Unis, la protection politique garantit l’inaction des forces de l’ordre et, éventuellement, l’impunité. Pour s’assurer du support du précieux allié, la politique a dû en définitive fermer les yeux sur ses activités particulières, dont le trafic de drogue.

  • Le pizzo

 

La base de l'économie mafieuse est le pizzo. Le pizzo consiste en l'imposition de revenus aux commerçants en échange de leur protection. Les commerçants risqueraient de voir leurs vitrines brisées et leurs marchandises disparues dans le cas où ils refuseraient cet accord illégal.

 

  • Le trafic d’armes

Le marché international du trafic d'armes est évalué à 1 200 milliards de dollars par an. En 2004, on estimait à 500 millions de dollars le nombre d'armes légères en circulation dans le monde, armes qui ne font l'objet d'aucun traité international, dont plus de 100 millions en Afrique, soit une arme pour 12 personnes.


  • La contrebande

Celle-ci se caractérise par le transport illégal de personnes ou de marchandises, en particulier au travers des frontières afin d'éviter de payer des taxes ou de faire entrer ou sortir (on parle alors d’évasion) des produits d’un pays malgré l'interdit.

La seule condition pour qu’un produit fasse l’objet de contrebande est que le trafic de celui-ci soit lucratif et illégal. La contrebande a toujours été très diversifié, elle concerne de nos jours : la drogue, l’immigration, l’armement, l’alcool, le tabac, et la contrefaçon.


  • La prostitution

La prostitution est une vaste entreprise commerciale internationale. La prostitution et la pornographie sont au départ proscrites aux mafieux en Sicile. Ces deux activités se sont ensuite largement développées aux États-Unis. Après la mise sous contrôle d'Hollywood, la mafia sut que l'industrie du sexe par ses films et ses filles est un business plus que lucratif. La prostitution connut son apogée sous Big Jim Colosimo qui avait une centaine de bordels à Chicago entre 1910 et 1920 ce qui engendra des millions de dollars de bénéfices. Aujourd'hui, certains chefs mafieux dans un souci de discrétion dirigent par le biais d'intermédiaires des agences de prostitution de luxe, où coucher avec une fille coûte au minimum 5000 dollars.


Ces différentes activités permettent à la mafia de se financer et de pouvoir s'imposer au sein de la société...

3 votes. Moyenne 4.33 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×